25 août 2018

Comment dit-on "Saturne" en suédois ?

La belle aux anneaux, vue par la sonde Cassini (c) NASA/JPL-CALTECH/SSI

Lors de mes excursions en camping, j'ai pris pour habitude d'emmener avec moi un télescope pour partager avec les vacanciers quelques moments sous les étoiles. En vacances, les gens sont généralement assez détendus, ont du temps, et sont donc plutôt enclins à s'approcher d'un type bizarre qui a planté un télescope sur un coin de pelouse près du feu de camp.
Et dans ces circonstances, peu importe que les vacanciers soient français, anglais, néerlandais, espagnols ou suédois. La curiosité piquée, tout le monde s'approche.
Et moi j'aime bien ça, quand des gens de toutes nationalités viennent vers moi pour qu'on papote "étoiles et planètes". Avec le français, l'anglais et l'allemand, j'ai toujours réussi à entrer en contact avec mon public.
J'étais dans un camping du Loir et Cher, entre Blois et Tours et le ciel y est fort agréable à regarder. La pollution lumineuse de ces 2 grandes villes se fait peu ressentir, et le village voisin (Onzain) est "village étoilé".

Le télescope que j'emmène à chaque fois, c'est mon T150/750. Pratique, facile à monter, transportable au milieu des affaires de camping et de la famille dans la voiture, il est bien suffisant pour animer une soirée sur le pouce.
Le voici en action ci-dessous sur une photo de basse qualité. Elle a été prise par mon aîné avec un smartphone, à la nuit tombée, sans flash, et de loin.
"Mais si, ça ira" qu'il me disait ... Mouais :-/


J'ai donc sorti le télescope chaque soir de beau temps pendant mes vacances en camping. Ce qui fit tout de même 6 soirées. Je m'installais à proximité de l'endroit où étaient les enfants et leurs parents en fin de journée. Et chaque soir se déroulait à peu près selon le même schéma.

On voit certaines planètes dans le ciel alors que le Soleil n'est pas encore couché

C'est la première chose que je m'amusais à leur faire découvrir pour démarrer la soirée. En ce moment, Vénus et Jupiter sont bien repérables avant le coucher du Soleil. Encore fallait-il le savoir. La journée, le Soleil nous cache le ciel en inondant notre atmosphère de sa lumière, mais les étoiles et les planètes sont bien présentes en plein jour, et les plus brillantes se voient quand même.

Vénus présente des phases, comme notre Lune

La star du début de soirée était Vénus. Facile à repérer, l'étoile du Berger brillait pendant environ une heure après le coucher du Soleil. Et comme on la voyait aussi avant le coucher du Soleil, on s'est bien amusés avec notre voisine du système solaire.
Première découverte : elle n'est pas ronde. Dans le télescope à 75x, on voyait approximativement ce qu'il y a sur l'image ci-contre : un tout petit quartier de Lune... Ah non, un quartier de Vénus !
J'avais emmené avec moi quelques sphères (une Terre, un Soleil, et une boule mi-noire mi-jaune pour simuler une planète éclairée par le Soleil). Restait à présenter au sol la position des 3 astres et le quartier de Vénus s'expliquait avec un peu de géométrie (mais 0 calcul).
Quel que soit le grossissement, Vénus ne montrait que son quartier, sans détail à la surface de ses nuages.
Vénus était aussi une occasion rêvée de rappeler à tout-un-chacun ce qu'était un effet de serre. Sujet oh combien d'actualité sur Terre.
(c) Laurent Ferrero - Splendeurs du ciel profond

On peut refaire une expérience vieille de 400 ans avec Jupiter

La plus grosse planète du système solaire ravit toujours autant celles et ceux qui la regardent. Dès les petits grossissements, on repère qu'il s'agit d'une boule (et non d'une étoile comme à l'oeil nu), et qu'elle est suivie par 4 autres petites étoiles plus ou moins bien alignées.
C'est précisément ce qu'a vu Galilée en 1610 quand il a pointé sa lunette astronomique vers Jupiter. L'image était assurément de moins bonne qualité, mais il a vu la même chose. Et chaque soir d'observation, les points changeaient de place. Tantôt 2 à gauche et 2 à droite de Jupiter, tantôt 3 d'un côté et 1 seul de l'autre.
Avec Jupiter, tout devient grand. D'un diamètre de 12 fois le diamètre terrestre, elle possède près de 80 lunes désormais depuis la découverte récente d'une poignée de nouvelles. L'occasion de se raccrocher à l'actualité. Et sa grande tache rouge, que l'on a vue certains soirs a des dimensions qui donnent le vertige également.
A 187x, ses bandes de nuages étaient magnifiques. L'image était bien stable. Je n'ai jamais un tel ciel chez moi. Vive les vacances dans le Loir-et-Cher !!

Saturne, la reine des planètes

J'aimais montrer aux vacanciers que Saturne apparaissait avant la plupart des étoiles. Quelques secondes suffisaient pour pointer manuellement le télescope sur la star des planètes.
Je n'ai pas compté combien de personnes se sont succédé à mon télescope, mais les choses se passaient toujours de la même façon :
- la personne met un genou à terre en s'approchant de l'oculaire (qui était un peu bas)
- elle pose l'oeil sur l'oculaire
- "Ah je crois que je la v.... Woaaaaaahhh !!!!!"
Saturne avait l'incroyable don de faire disparaître la barrière de la langue. Les anglais disaient "Woaaaaaahhh", les néerlandais disaient "Woaaaaaahhh", les enfants disaient "Woaaaaaahhh" et les parents aussi.
"Woaaaaaahhh" était devenu ces 6 soirs-là synonyme de "Saturne" dans toutes les langues. Quand on entendait "Woaaaaaahhh", c'était que la personne découvrait Saturne et ses anneaux. J'en ai vu quelques uns qui revenaient de soir en soir pour se faire un petit shoot de Saturne ;-)
Et ce que je trouvais magique -j'ai du mal à trouver les mots pour le dire-, c'est ce regard qu'avaient les gens quand ils retiraient leur œil de l'oculaire après avoir vu quelque chose comme sur l'image ci-contre.
(c) Fabien Joyau - Les joyaux du ciel

Cette sensation indescriptible d'avoir été les témoins de quelque chose de beau, de grand, quelque chose qu'ils n'imaginaient pas voir un jour, quelque chose qui leur faisait prendre conscience de la beauté et de l'immensité du ciel.
J'ai vu des yeux briller, des regards se perdre, des rêves d'espace se dessiner dans la tête des enfants. A vrai dire, rien de bien différent des autres fois où j'ai montré Saturne à du public. Saturne, c'est "Woaaaaaahhh", et puis c'est tout. Qu'on soit suédois ou sénégalais, chinois ou argentin, observer Saturne c'est une expérience particulière.

Alors pendant que tout le monde essayait de se remettre de cette expérience avec les anneaux de Saturne, j'expliquais qu'on voyait également Titan, sa plus grosse Lune. Qu'un robot européen s'était posé à sa surface, qu'il y coulait des rivières d'hydrocarbures qui se jetaient dans des océans d'hydrocarbures. Le décor était planté :-)


Mars, la rougeoyante

Certaines personnes arrivées avant moi au camping avaient remarqué qu'une étoile très brillante et rouge se levait au Sud-Est en début de soirée. Ils avaient bien vu Mars !
En cette période de grande proximité de la planète Mars, la belle rouge avait fait les titres de l'actu. Trop souvent, mais j'en reparlerai sûrement dans un autre post, avec tout un tas d'exagérations sur le côté exceptionnel de ce qu'il y avait à voir. J'en ai donc profité pour expliquer (et montrer) que :
- Mars était visible à l'oeil nu, et pas seulement le 27 Juillet
- Pas besoin d'attendre 2287 (ou je-ne-sais-plus-quelle-date-débile) pour pouvoir à nouveau l'admirer (coucou LCI)
Les détails manquaient un peu à sa surface pour en faire une expérience visuelle grandiose, mais qu'importe, Mars, tout le monde a quelque chose à dire à son sujet. Alors on a parlé eau, vie (et pas eau-de-vie), robots martiens, humains sur Mars, ...


Des étoiles filantes

J'étais au camping en plein dans la bonne période pour les perséides. Et ça n'a pas manqué, chaque soir de nombreuses étoiles filantes ont été vues. Il faut dire que le ciel du Loir-et-Cher était particulièrement clair. Et la Voie Lactée magnifique. Alors à partir de 23h, on gardait les yeux levés et on attendait en discutant des choses que les gens voulaient bien aborder.
Des questions, ils en avaient plein. Mais c'est marrant ce besoin qu'ont les gens de s'excuser d'avoir une question peut-être bête à poser. A la rigueur, n'est bête que celui/celle qui a une question à poser et qui ne la pose pas.
Il n'a pas fait beau pour le soir du maximum des perséides. Qu'importe, on en a quand même pris plein les mirettes les autres jours.
Et puis ce fut l'occasion de parler des comètes, du mouvement de la Terre dans l'espace, des astéroïdes qui nous menacent, ...


Galaxies, amas, nébuleuses

Celles et ceux qui n'avaient pas d'enfant à coucher et qui me suivaient un peu plus longtemps ont pu voir au télescope la grande galaxie d'Andromède, quelques amas d'étoiles, la nébuleuse de la Lagune où naissent des étoiles, ou encore la nébuleuse de l'Haltère qui signe la mort d'une étoile.




Ainsi passaient les soirées, avec de nouveaux campeurs à chaque fois, et quelques personnes qui revenaient chaque soir.
Certaines questions revenaient aussi à chaque fois :
- "C'est votre métier ?"
- "Vous êtes animateur pour le camping ?"
- "On voit toujours autant de planètes dans le ciel ?"
- "Vous allez rester là toute la nuit ?"

Alors non ce n'est pas mon métier, et oui on peut encore partager gratuitement sa passion. Certes, toutes mes animations ne sont pas toujours gratuites, mais là j'étais en vacances et le ciel était trop beau pour que je le garde pour moi tout seul. Alors c'est que du bonheur, c'est cadeau !
Et dans un camping où finalement tout le monde vit sa p'tite vie sur son p'tit emplacement, organiser des soirées astro sur le pouce me permettait de rencontrer plein de gens de tous horizons. C'est vachement plus sympathique.

Quand au final j'entends tous ces gens me dire :
- "Merci d'avoir partagé votre passion avec nous"
- "Merci, je ne pensais pas voir ça un jour"
- "Merci j'ai appris plein de choses ce soir"
Je me dis que j'ai beaucoup de chance de pouvoir susciter de telles émotions. L'astronomie intéresse beaucoup les gens, pourvu qu'on leur propose cette activité. Alors pas plus tard que le 31/08, je recommencerai :-)



Ah mais au fait ... en suédois, "Saturne" se dit "Saturnus". Mais seulement pour celles et ceux qui ne l'ont jamais vue au télescope. Pour les autres, c'est juste "Woaaaaaahhh" ;-)

26 juin 2018

AT 2018cmi


Dernière nova en date dans M31 : AT2018cmi. La découverte date du 13 Juin et le spectre est arrivé le 2 Juin via l'ATel 11765. Il s'agit d'une nova de type He/N, la première de ce type pour moi :-)
Dans cet ATel, ils en ont profité pour caractériser mon avant-dernière nova (AT2018bto).

11 juin 2018

Conférence à l'UTL Jean Buridan



(c) Michel Kubitowicz - UTL Jean Buridan, Béthune

Jeudi 07 Juin, j'étais invité par l'UTL (Université du Temps Libre) de Béthune à donner une conférence sur le thème de l'astronomie. Cette conférence s'est tenue à l'IUT de Béthune.
J'ai choisi de dérouler l'histoire des grandes découvertes en astronomie.
Mon objectif ici était de retracer les étapes qui ont permis aux hommes (et aux femmes) de comprendre le monde dans lequel nous évoluons.
Du système solaire grec monté sur des sphères à l'espace temps courbé par les masses en passant par Copernic, Galilée, Kepler, Newton, nous avons passé en revue tous les événements qui nous ont permis de constater que l'Univers, c'est vachement grand, et que nous ne sommes pas au centre du monde.
L'idée était, non pas de lister ce que nous savons, mais de montrer comment cette connaissance a été construite. Et aussi de montrer que des femmes sont à la base de découvertes essentielles, chose qui n'est pas assez connue.

Je n'ai pas oublié de faire un slide sur Henrietta Lewitt qui posa les bases qui amenèrent à la découverte des galaxies, puis de l'expansion de l'Univers. J'avais également un slide sur Vera Rubin qui découvrit la matière noire qu'on cherche encore de nos jours. Malgré cela, on m'a tout de même demandé : "Mais où sont les femmes ?". L'occasion de revenir plus en détails sur quelques autres noms essentiels (Jocelyn Bell, Margareth Hamilton, ...) et leurs histoires. Ce n'était pas le thème de la conférence, mais ça me tenait à cœur de l'aborder car leurs travaux, pourtant essentiels, n'ont pas la visibilité qu'ils méritent.

D'ailleurs, parce que cela me prendrait trop de temps de toutes les citer, l'astrophysicienne Yaël Nazé (qu'il faut aller voir en conférence) raconte tout ça très bien dans "l'Astronomie au Féminin" ICI et ICI.

Sinon, côté UTL, j'ai rencontré une équipe fort sympathique et dynamique. Si vous êtes dans les environs de Béthune et que vous avez quelques après-midi de libres, n'hésitez pas à aller vous cultiver. Pour rappel (parce que l'année se termine), quelques exemples de conférences de l'année 2017-2018 :

  • Les Institutions, l'Etat dans les territoires
  • Les primitifs italiens de Sienne à Florence
  • Le Souvenir, la Mémoire, l'Oubli 
  • Quel avenir énergétique ? Bonne nouvelle la terre continue de tourner !
  • L’impression 3 D 
  • L'Europe de la Défense, quelle sécurité européenne ?
  • Les Territoires Intelligents.
  • Le changement climatique dans les Hauts de France
  • Comment améliorer son cadre de vie,sa santé et son être ?
  • La médiamorphose ou la mutation des journaux
  • Les Lettres Nomades, rencontre avec trois auteurs internationaux
  • L'histoire de l'Astronomie et des Grandes Découvertes
  • La genèse du Louvre Lens 

Le programme de l'année 2018-2019 est quasi clos et sortira très prochainement. Vous pouvez contacter utlburidan@gmail.com pour plus d'informations.

Un grand merci à Jean-Pierre PAKULA pour l'invitation et à toute l'équipe pour l'accueil lors de cette journée. Bon courage pour cette nouvelle année

21 mai 2018

Novae de printemps


Le retour du printemps signe aussi le retour de la galaxie M31 qui s'extrait tout doucement des lueurs du Soleil dans le ciel du matin. Et pour ma première image de cette nouvelle saison : bingo la nova !

AT2018bcy

Découverte le 30 Avril, cette probable nova (toujours pas de spectre à ce jour) n'a cessé de briller jusqu'à aujourd'hui.

Tous les détails de la découverte sont ici.
AT2018bgr

Découverte le 08 Mai, cette probable nova n'est pas restée brillante bien longtemps. Suffisamment tout de même pour ne pas la confondre avec un flare stellaire.
C'est la (probable) nova la plus éloignée du centre de M31 que j'ai trouvée jusqu'à présent.

Tous les détails de la découverte sont ici.
AT2018bto

La p'tite dernière a été découverte le 19 Mai, mais j'en avais une image faible de la veille (ci-contre).
Elle fut rapidement confirmée par K. Hornoch via l'ATEL 11656.

Tous les détails de la découverte sont ici.

L'un des principaux problèmes que l'on a avec ces probables novae de début de saison est qu'il est compliqué d'en obtenir un spectre. Les télescopes capables d'en faire un spectre doivent attendre qu'elles soient assez hautes pour les pointer, et l'accumulation de photons va durer pas mal de minutes. Mais comme ces novae se lèvent peu de temps avant l'aurore, rapidement il devient impossible de les imager davantage.
Alors qu'en photométrie, et particulièrement quand on est pas attaché à une mesure d'une précision absolue, en 5 minutes l'affaire peut être réglée.

Il est donc fort possible que ces 3 probables novae demeurent des objets non typés jusqu'à leur extinction. La photométrie laisse peu de doutes sur leur véritable nature, mais en matière de typage, c'est la spectroscopie qui fait foi.

Pénurie de SN ?


Alors qu'en 2017, le triplet "bto" dans le TNS avait été atteint le 24 Février, cette année il fut donc atteint le ... 19 Mai. Signe d'une année 2018 qui compte bien moins de découvertes que 2017.
Y a t-il vraiment eu 2 fois moins d'explosions cette année dans l'Univers ?
Pas vraiment. L'écart s'explique par le peu de découvertes issues du survey PanStarrs1 (PS1). PS1 était le plus gros contributeur de découvertes de possibles supernovae l'année dernière (3342), mais n'en compte que 409 pour 2018, avec la dernière découverte datant du 19 Avril. Les possibles supernovae découvertes par PS1 étaient lointaines et atteignaient péniblement la magnitude 20, quand elles l'atteignaient.
En visant des galaxies que personne d'autre ne pouvait voir, PS1 découvrait des supernovae à la pelle et gonflait fortement les statistiques de découvertes. Sa presque absence ces derniers mois se remarque donc dans la nomenclature des objets fraîchement découverts :-)

La stat du mois


AT2018bcy est seulement la 11ème nova découverte dans M31 au cours d'un mois d'Avril depuis la première détection de nova dans M31 en 1909. Comme précisé en préambule, le mois d'Avril n'est pas propice à l'observation de cette galaxie alors qu'on peut s'attendre à y observer autant de novae que les autres mois (en moyenne 100 depuis 1909 pour les 11 autres mois).
Source : http://www.mpe.mpg.de/~m31novae/opt/m31/data/ascii/M31_table1.dat

20 janvier 2018

Nova 2018-01a


La nova M31N 2018-01a le 10 Janvier 2018

L'année pouvait difficilement mieux commencer, avec une nouvelle nova qui a pointé le bout de son nez le 10 Janvier et sur laquelle je suis tombé... le 11. J'hésitais encore entre poster un TOCP ou un TNS (l'UAI demande encore un TOCP, mais dans la pratique c'est mieux référencé quand c'est un TNS). Ce fut donc ... ce TOCP.
Avec une magnitude entre 18 et 18.5, elle est restée bien discrète, même après sa découverte.
Son ramassage par David Bishop sur le site Extragalactic Novae n'a pas été immédiat. Il n'avait pas noté mon TOCP.
Le 14 Janvier, le groupe MASTER publie une nouvelle découverte de nova dans M31 sur AstronomersTelegram : la mienne. Ils n'ont regardé ni le TOCP, ni le site de David.
Le 16 Janvier, le groupe ATLAS publie un TNS pour une nouvelle découverte de nova dans M31 : la mienne !! Ils n'ont donc regardé ni le TOCP, ni le site de David, ni AstronomersTelegram.

Alors certes, c'est le bordel pour la déclaration des novae extragalactiques car l'UAI a souhaité conserver son ancien système (TOCP) alors qu'un super outil existe maintenant pour les supernovae (TNS) et n'a besoin d'aucune mise à jour pour traiter aussi des novae extragalactiques.
Le TOCP étant le site de soumission officiel et historique reconnu par l'UAI, c'est là qu'il faudrait aller en premier vérifier si ce que l'on a trouvé n'est pas déjà connu.

L'AstronomersTelegram est un système peu pratique pour annoncer des découvertes. Ce sont des messages textes basiques, sans base de données derrière. Ils ne sont pas triables par nom de d'objet, c'est juste impossible de tenir un index des découvertes avec ce site. Il est bien plus pratique dans son rôle standard : les alertes à la communauté des astronomes.

David Bishop parcourt tous les sites où les découvertes peuvent être annoncées (TOCP, TNS, AstronomersTelegram) et les agrège sur son site. Il fait un super boulot depuis de nombreuses années et son site est connu et reconnu par tous comme une référence mondiale. Donc quand on pense avoir trouvé quelque chose, c'est aussi là-bas qu'il faut aller vérifier si ce n'est pas déjà connu.

Et dans le cas de M31N 2018-01a, ATLAS et MASTER qui sont pourtant des groupes professionnels, ont eu un trou dans leur raquette.

Vu le méli-mélo cette fois-ci, et le désintérêt grandissant de tous les astronomes pour le TOCP, je pense que je ne déclarerai mes découvertes que sur le TNS désormais. Ça me paraît plus pratique.


Le spectre de la nova est tombé ce 20 Janvier dans l'AstronomersTelegram n°11203. Il s'agit d'une nova de type FeII.
Depuis 1 semaine, le temps est pourri aux Canaries (et chez moi depuis 3 mois). C'était donc l'occasion de faire une petite pause :-)

A l'heure où j'écris ces lignes (20 Janvier), c'est toujours la seule nova de l'année dans M31. L'autre transient découvert dans ce secteur est en fait une variable cataclysmique dans la Voie Lactée, mais placée devant M31. Même la galaxie d'Andromède fait une pause :-)

17 novembre 2017

Astronomie, sensationnalisme et recopie

NGC 2718 : Une galaxie qui ne vient pas d'être découverte.
Source : Sloan Digital Sky Survey

Etant tombé ce matin sur un article parlant d'astronomie mais avec un contenu un poil sensationnaliste et pourtant vide d'information, j'ai voulu regarder d'un petit peu plus près comment on pouvait tomber si bas. Cet article, le voici. Il est publié sur le site SputnikNews...

Parce que tout le monde n'est pas forcément pointu dans le domaine, voici un décryptage expliquant pourquoi cet article est un grand n'importe quoi.

"Des scientifiques ont découvert une galaxie jumelle de la nôtre à 180 millions d'années-lumière et qui pourrait abriter de la vie extraterrestre. Cette galaxie mystérieuse ressemble tout à fait à notre Voie Lactée, et il se peut que nous ne soyons pas seuls dans l’Univers."

Telle est la promesse : il se peut que nous ne soyons pas seuls dans l'Univers. Bon, en même temps, rien de nouveau sous le Soleil, ça fait un moment qu'il se peut qu'on ne soit pas seuls dans l'Univers.
Ensuite, il faut savoir que des galaxies de la taille de la nôtre et situées à 180 millions d'années-lumière, il y en a un bon paquet. 180 millions d'années-lumière, c'est la porte à côté dans l'Univers dont la partie observable est une sphère de 13.8 milliards d'années-lumière. Il est donc très étrange d'y découvrir une grande galaxie dans un coin de l'Univers bien sondé avec nos télescopes depuis 200 ans.

"La découverte de cette galaxie en spirale, qui a reçu le nom de NGC 2718, attise encore plus l'espoir qu'il existe une vie au-delà de notre système solaire."

Voici donc son nom : NGC 2718. On trouvera assez aisément qu'elle a été découverte au 18ème siècle, comme bon nombre des objets célestes du catalogue NGC.
On en trouvera aussi aisément des images prises à travers divers télescopes amateurs et professionnels depuis ... pfiouu ... un paquet de temps avec une simple recherche Google Images.
Donc NGC 2718 découverte par cette équipe d'astronomes : NON !
Mais alors, attise t-elle encore plus cet espoir d'une vie extraterrestre ? (Spoiler : non)

"Les chercheurs sud-coréens ont minutieusement scanné 20.000 petites galaxies pour en trouver une qui soit semblable à la nôtre."

Outre le fait qu'on ne trouve nulle part dans les sources ce chiffre de 20 000, on verra plus tard que cette phrase cloche car il y est question de petites galaxies, alors qu'on parle pourtant d'une analogue à notre Voie Lactée, qui est loin d'être petite.

"La NGC 2718 ressemble non seulement à la Voie lactée, notre galaxie, mais est accompagnée en outre de deux petites galaxies satellites qui ressemblent beaucoup à celles qui évoluent avec la nôtre: les deux nuages de Magellan."

Rien à redire ici, c'est tout bon :-)


"C'est un assemblement rare."

Pour le coup, les galaxies naines satellites de galaxies plus grosses, ce n'est pas rare du tout. Rien que la Voie Lactée en compte une trentaine, et pas juste les deux nuages de Magellan. Mais aussi d'autres qui sont proches, mais dont on n'est pas sûrs si elles orbitent la Voie Lactée ou sont juste de passage dans le secteur.
La galaxie d'Andromède (ci-contre) en a également 2 bien visibles (M32 et M110) et plein d'autres plus petites.


Source : https://spaceplace.nasa.gov/satellite-galaxies/en/

"Les chercheurs vont désormais étudier la nouvelle galaxie pour découvrir si une vie y existe."

Compte tenu du nombre d'articles qui nous disent chaque semaine qu'on est à 2 doigts de trouver de la vie dans l'Univers, on pourrait se dire qu'après tout, pourquoi pas. S'ils veulent chercher de la vie là-bas, qu'ils se mettent donc au boulot.
Mais cette phrase est en fait complètement irréaliste :
- On est toujours pas équipés pour chercher (et trouver) de la vie dans notre Système Solaire.
- On attend avec impatience l'arrivée prochaine de puissants télescopes dans l'espace (comme le James Webb Space Telescope) pour détecter des traces dans les atmosphères des exoplanètes les plus proches permettant de nourrir l'espoir fou que peut-être elles pourraient éventuellement et sous conditions avec plein de guillemets être d'origine biologique.
- Cette galaxie, quoique proche pour une galaxie, est en fait bien trop éloignée pour qu'on puisse en étudier ses étoiles (et encore plus ses planètes) individuellement.

Et nous verrons plus tard dans ce post que non, les chercheurs ne vont pas étudier NGC 2718 (qui n'est pas nouvelle) pour y découvrir si une vie y existe.

Voilà, c'en est tout pour cet article qui aligne bêtises, non sens, et banalités. Mais comment en est-on arrivés là ?

Loin de moi l'envie de rejeter toute la faute sur l'auteur, ce genre d'article fleurit sur Internet et n'est pas spécifique à ce site. La faute comme bien souvent à la recopie d'articles par des personnes non spécialistes du sujet, et n'ayant pas le temps de creuser l'information.
Ne pas prendre ici le terme "pas spécialiste" dans un sens péjoratif. Nous sommes tous "pas spécialistes" dans plein de domaines et un journal ne peut pas embaucher un spécialiste dans tous les domaines qu'il couvre.
A minima un journaliste qui vérifie les sources, les croise et a quelques contacts par ci par là réussira à faire quelque chose de propre sans avoir besoin d'être "un spécialiste".

Or la source, quelle est-elle ici ? The Sun !

The Sun, dans la rubrique "Science" duquel, sur juste les 2 premières pages visibles aujourd'hui, on trouve :

- La vie extraterrestre pourrait être trouvée dans les 20 prochaines années selon la NASA
- La planète semblable à la Terre Ross128-b pourrait être un lieu confortable pour la vie extraterrestre
- Est-ce que les aliens ressemblent à cela ? Des scientifiques britanniques explorent l'évolution des formes de vie extraterrestres
- Est-ce que les extraterrestres existent vraiment ?
- La vie extraterrestre pourrait être florissante dans l'océan de la lune de Saturne Encelade
- Les extraterrestres pourraient vivre sous des océans glacés

Vous le voyez le côté un peu monomaniaque ?
Pas étonnant donc que l'on retrouve la source de l'article précédemment décortiqué sur The Sun sous l'appellation : Des scientifiques trouvent une galaxie jumelle à la nôtre et elle pourrait héberger la vie

Rien que ça !

Grande découverte s'il en est, puisque chacune des centaines de milliards de galaxies que compte l'Univers observables "pourrait héberger la vie".

A la lecture de l'article du Sun, que je ne vais pas reparcourir en détails ici, on comprend déjà beaucoup plus de choses, car eux a priori ont lu la source primaire de cette étude, qui est ICI.
Par contre, ils l'ont agrémenté de plein de phrases liées à la recherche de vie extraterrestre, ce qui ne transparaît pas du tout dans l'étude réalisée par les astronomes sud coréens. Et ce côté "vie ailleurs" du Sun a été repompé par SputnikNews.

Alors cette grande découverte ?
Elle ne concerne pas NGC 2718 (déception).
Du moins pas directement. Ce qui intéresse ces chercheurs sud coréens, ce sont les galaxies naines, et plus particulièrement celles qui pourraient être en train de fusionner. Çà, c'est leur dada, et le sujet de leurs recherches, présente ou passées.
Ils le disent dans la publi : "As our primary interest is to perform a detailed study of merging system of dwarf galaxies in various environments"

Ils se sont donc farcis à l'oeil les images publiques de catalogues d'images astronomiques à la recherche de galaxies naines (il n'est écrit nulle part qu'ils en ont regardé 20 000) qui pourraient être en train de fusionner.
Il faut rappeler ici que les 2 galaxies naines les plus importantes autour de la Voie Lactée (les nuages de Magellan) sont reliées par un pont de matière (Courant Magellanique) et que c'est précisément ce genre de choses que les astronomes recherchent chez d'autres galaxies naines. La vie extraterrestre n'a pas le moindre rapport avec ces ponts de matière.

Et avec leurs yeux affûtés, ils en ont trouvé des galaxies naines qui vont par paire (celles qui sont soi-disant rares) et dans l'étude qu'ils publient, ils présentent le couple qui ressemble le plus à nos nuages de Magellan.
UGC 4703 et UGC 4703B, à droite, les 2 galaxies étudiées, et NGC 2718 à gauche.
Source : https://arxiv.org/pdf/1710.09040.pdf


"The main aim of this work is to report the similarity between the UGC 4703 interacting pair around NGC 2718 and the LMC-SMC interaction around MW." (Note : MW = Milky Way)

Voilà, pas de recherche de vie dans le "main aim" de leur travail.
Et comme il y a pas mal de littérature sur ces 2 galaxies et d'images dans toutes les longueurs d'ondes disponibles, les gars ont fouillé les moindres recoins des archives pour compiler leur résultat dans cette publication.

Ils ne se sont pas contentés de reprendre les données des autres, ils ont aussi effectué des mesures avec le Giant Metrewave Radio Telescope (GMRT) pour étudier l'émission de la raie d'hydrogène à 21cm de ces galaxies naines. Elles révéleront qu'il y a bien une interaction entre les deux galaxies naines, mais aucune interaction avec NGC 2718.

La conclusion de leur étude précise que du point de vue morphologique et composition, la paire UGC 4703 et NGC 2718 sont similaires à notre Voie Lactée et ses nuages de Magellan.
"In summary, we present UGC 4703 pair- NGC 2718 system as a LMC-SMC-MW analog. Both the systems have a similar physical (geometry, star-formation rate, total gas mass and stellar mass) and morphological properties."
Pour les extraterrestres, il faudra revenir plus tard... ou lire The Sun, il y en a à toutes les pages :-)

-------------------------------------------------------------------------

La dérive que je voulais pointer ici peut se résumer ainsi :
- On a une étude scientifique (ici en astronomie) présentant un résultat certes intéressant pour les protagonistes, mais d'un intérêt quelconque pour le commun des mortels.
- On a un journal influent, dont le but dans la vie est évidemment de vendre du papier (ce qui n'est pas un tort) et qui saupoudre une histoire morne de paillettes pour la rendre plus sexy (ça c'est une pratique déjà plus discutable, surtout quand les paillettes sont trop grosses)
- Un autre journal, sentant la source fiable, recopie le premier en omettant des choses, et en en traduisant mal d'autres.

Au final, le public lit une histoire qui n'a rien à voir avec la découverte qui a été faite. Et ça, c'est dommage ... très dommage.

Et ce n'est pas sans rappeler une réflexion que je m'étais déjà faite dans le journal du GAAC.

10 novembre 2017

Nova AT2017hxw

AT2017hxw, prise avec le télescope Slooh T2

Ce matin en examinant mes images de M31 prises entre les nuages depuis les Canaries, j'ai mis le doigt sur une nouvelle étoile. A magnitude 18.5, elle était bien au dessus du bruit de fond.

Capture Astrometrica de AT2017hxw

Mais à bien y regarder, je connaissais cette zone de M31. L'année dernière, j'avais découvert AT2016jbx, et il me semblait que c'était au même endroit.
Alors pourquoi pas, on avait déterminé que AT2016jbx était une nova récurrente, et nous serions alors en présence d'un nouvel outburst très rapproché.
Lorsque j'ai posté la découverte sur le TNS (le nouvel objet s'appelle AT2017hxw), j'en ai profité pour signaler cette grande proximité.

Et puis j'ai réalisé une animation avec une image de AT2016jbx (celle qui est marquée de 2 lignes ci-dessous) superposée à mon image de AT2017hxw :


Animation montant AT2016jbx et AT2017hxw. Les 2 novae sont bien distinctes

Et oh surprise, les deux objets sont finalement distincts. Très proches, mais distincts. AT2017hxw n'est donc pas une nova récurrente, mais bien un nouvel astre.
Affaire à suivre avec le spectre, bientôt.